FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

« Chouftouhonna », c’est parti !

Evénements | Publié le 08.09.2017

L’art au féminin dans tous ses états


La troisième édition de « Chouftouhonna » a débuté le 7 septembre en plein air et sous la pluie au siège du Théâtre national tunisien (TNT) qui accueille cet événement culturel dédié à l’art féminin. Le public avait répondu présent, malgré le « handicap » des précipitations.

Cette rencontre artistique internationale se tient jusqu’au 10 septembre et l’entrée y est gratuite. Plusieurs formes d’expression artistique, mais aussi de travail artisanal, s’y retrouvent à travers des ateliers de danse Voguing, de football féminin, de montage de son électronique, d’illustration, d’arts scéniques, d’expositions d’arts plastiques et de photographie, de plusieurs projections de courts-métrages. Ces derniers viennent de Tunisie, de France, du Liban, du Maroc, de la Suède, d’Egypte, d’Algérie, du Mexique, du Nigéria, d’Allemagne, d’Italie et de l’Equateur. La musique et le chant, les performances et les lectures, constituent les activités proposées.

D’autre part, des panels de discussion sont également au programme, comme celui portant sur « la violence et la résistance à travers les expressions artistiques. » Et pour revenir à l’ouverture de « Chouftouhonna », elle a été marquée par un spectacle musical donné par l’artiste allemande Jamila and The Others Heroes sur la scène couverte de la cour du TNT. Le public, principalement constitué de jeunes filles et de jeunes hommes, en était ravi. Il s’abritait de la pluie et par intermittence, sous une tente ou sous le préau. Qui assis sur une chaise, qui sur une chaise longue et qui debout, suivait passionnément ce concert. Jamila débarquait de Berlin et était en mode oriental avec son habillement et ses mouvements de danse orientale.

Mieux encore, elle démarrait avec une chanson très connue de Fairouz : « El bent echalabiya » qui avait fait entrer le public et au plus vite dans le spectacle. Un mariage entre la musique orientale et celle occidentale. La pluie s’y invitait à la tombée de la nuit. Avant le début de ce concert, des mots de bienvenue ont été prononcés par des membres du collectif d’organisation de ce festival.



B.L.

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireeAymen Lassik & Walif Wahbiphoto soireeWalif Wahbi & Maram Ben Aziza photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto