FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

« Déesses et démones » de Blanca Li au festival international de Hammamet La recherche à partir des mouvements du corps

Evénements | Publié le 25.08.2017

C’est un spectacle chorégraphique d’une haute tenue que le public nombreux, venu le 23 août au festival international de Hammamet, a suivi et apprécié. Il s’agit des « Déesses et démones », la création de Blanca Li, danseuse moderne et chorégraphe franco-espagnole qui y a fait appel à la danseuse étoile russe du Ballet Bolchoi : Maria Alexandrova. Le moderne côtoyait le classique.

Cela paraissait quelque peu irréalisable, car il ne faut jamais, dans le domaine de la danse, mélanger les genres pour ne pas s’y cuire. Mais avec ce duo de choc, allait-on dire, cela a donné lieu à un travail de recherche à partir du corps pour évoquer des thèmes mythologiques, incluant la lutte entre le bien et le mal. Pour cela, les deux danseuses font la paire, sont en conflit et se transforment aussi en démones et en divinités afin de changer le destin de l’humanité avec toute la force et l’énergie requises. Elles se ressemblent ou ne se ressemblent pas, se rencontrent et se détachent. Un chassé croisé à couper le souffle avec leur ombre en prime. Et mieux encore, avec l’usage des effets spéciaux qu’offre la lumière en 2 ou en 3 D.

Les deux compères et complices dans ce travail chorégraphique composé par Blanca Li, incarnent essentiellement des figures mythologiques et totémiques. Le spectacle composé de plusieurs tableaux, était totalement visuel, à l’image de l’usage des ombres, d’un rideau de mousseline qui se confondait à l’atmosphère, et surtout à la magie des mouvements des corps. Un travail inlassable et continuel qui insiste sur le pouvoir de maîtriser son corps et de le pousser à réaliser des performances. La musique était là pour faire suivre le rythme de ce spectacle. Et ce sont plutôt des montages son avec des musiques auxquelles s’ajoutaient des paroles et chaque fois dans une langue distincte.

Elles venaient introduire et exprimer une atmosphère confuse et douloureuse parfois. On y reconnaissait des airs de musique classique et moderne. Une rencontre réussie entre deux genres de danse : le moderne et le classique, qui se situent pourtant aux antipodes de la création artistique. Une belle soirée fort applaudie.

B.L.

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireeAlya au topImed toujours au topWael Kfouri fait son entréeLa belle et la bêteLeïla en pleine forme avec une amieSanad merveilleusement bien entouré
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto