FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Exposition « Racines » de Fayza M’rabet à la Maison des Arts Un hymne à la liberté de la femme

Arts et culture | Publié le 07.11.2016

La nouvelle exposition de l’artiste plasticienne et non moins poétesse Fayza M’rabet, qui se tient actuellement et jusqu’au 6 novembre à la Maison des Arts du Belvédère, porte le titre de « Racines. » Elle nous emporte vers le monde merveilleux de la beauté naturelle du corps de la femme avec des dessins à la couleur sépia. Et plus encore, Fayza M’rabet continue de composer, de décomposer et de recomposer à sa manière les formes et les couleurs.

Plus de soixante œuvres sont réalisées à la sépia. Elles constituent cette grande exposition qui rend, tout d’abord hommage à la lutte de la femme tunisienne à travers l’histoire contre la servitude et les préjugés. Une reproduction d’une photo de Manoubia Ouertani orne l’entrée de la galerie. Cette femme a fait tomber le voile en 1924 le voile « en un geste fondateur, pour libérer ce corps emprisonné » comme l’écrit le cinéaste Hassen Daldoul dans un texte de présentation de l’exposition. Il indique également que « C’est avec son geste que Fayza reprend, du bout de sa plume ce combat. » Cette artiste invite à la réflexion faisant un rapprochement entre l’arbre, ses racines et ses feuillages et la femme porteuse de la vie. Les racines sont également des arbres de vies.

Mouvements et silences composent un jardin de vie et d’amour, de passion et de tendresse, de frissons et d’ivresse. Les corps des femmes nues crient leur liberté, se lient, se délient et s’entrelacent allègrement sur les arbres. On les confondra aux branches et aux feuilles. Et mieux encore, elles s’y confondent, formant inlassablement un seul corps. Mais les corps sont-ils fatigués ou sont-ils devenus fous de liberté ? Le thème des racines est l’occasion pour la plasticienne de lever le voile sur des détails importants du passé pour écrire, dessiner et peindre contre l’oubli par le truchement d’une palette en liberté. Une exposition qui vaut le déplacement.

B.L.

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireeAsma Mouelhiphoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Beauté et mode
Agenda Culturel
People
The Place To Be
City guide
Auto