FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Projection au festival international du film francophone de Namur et en première mondiale de « Benzine » de Sarra Abidi : Le malheur de l’émigration clandestine

Evénements | Publié le 09.10.2017

« Benzine » est un nouveau film tunisien poignant et fort de la réalisatrice Sarra Abidi qui a été projeté le 2 octobre au festival international du film francophone de Namur dans la compétition réservée à 1ère œuvre.

L’action du film se situe dans le sud tunisien, dans un village abandonné, lointain et aride au lendemain de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011 où beaucoup de jeunes tunisiens ont pu gagner clandestinement l’autre rive de la Méditerranée. C’est dans ce lieu désertique là où Salem, rôle incarné correctement par Ali Yahyaoui et Halima, un rôle sur mesure pour Sondos Belhassen, sont meurtris par l’émigration de leur fils unique vers l’Italie sur une embarcation de fortune. Autant le départ est brusque et douloureux, autant cette douleur est intensifiée pour eux et particulièrement pour la mère par le fait que les parents ne savent pas si leur fils est bien arrivé à bon port, s’il vit encore, ou s’il est mort en pleine mer.

Cette une quête presque absurde que narre le filmSur fond de Benzine, ou plus exactement de l’essence qu’on vend clandestinement sur l’autoroute menant vers la Libye, les faits ont lieu. Le père en fait son gagne-pain. Et c’est un quotidien triste et monotone dans lequel vivent les différents personnages. La mère supplie plus d’une fois son mari à fournir plus d’efforts pour lui ramener son fils, ou du moins de recueillir des informations sur lui en contactant son entourage et ses connaissances. Une mission qui s’avère presque impossible, jusqu’au jour où ils reçoivent une convocation du ministère tunisien des affaires étrangères pour venir à Tunis. La fin sera-t-elle joyeuse ou malheureuse ?
La réalisatrice Sarra Abidi, qui est elle-même l’auteur du scénario, laisse son spectateur sur sa faim, pronostiquant, par-là même, le genre de fin qu’il imaginera.

B.L.

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto