FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Projection de presse de « Ghodwa hay » (Demain dès l’aube) de Lotfi Achour

Evénements | Publié le 18.01.2017

Destins croisés sur fond de révolution tunisienne


Le premier long-métrage de Lotfi Achour « Ghodwa Hay » (Demain dès l’aube) a été projeté aujourd’hui 18 janvier à l’intention de la presse à la salle « Le Mondial. » Cet opus entame d’ailleurs et dès aujourd’hui ses avant-premières régionales. Sa sortie nationale aura lieu à partir du 25 janvier en salles et en régions. Le film raconte les destins croisés de deux jeunes femmes et d’un adolescent : Zeineb, Elyssa et Houssine au moment de la naissance de la révolution tunisienne.


La nuit du 14 janvier 2011 y est racontée autrement. Elle devient, en effet, le point de départ de la naissance d’une amitié au cœur même des événements qui ont eu lieu. La réalité se confond à la fiction dans la mesure où les faits semblent réels par moments. La narration est basée sur les flash-back qui révèlent un événement tragique survenu cette nuit-là. Et aussi bien les drames que les intrigues unissent, rapprochent et séparent les personnages face à cette nouvelle réalité qu’ils devront vivre. Une réalité restée amère, malgré le déclenchement de la révolution. Et ici, le réalisateur, par le truchement de l’histoire que raconte le film, voudrait rendre justice aux jeunes, principalement issus des quartiers populaires, qui ont fait la révolution et non rien reçu en contre partie au niveau de la réalisation de leurs rêves, ceux-là mêmes qui concernent le droit au travail et à la dignité.


Le film se laisse voir au rythme d’une belle musique qui exprime plus fortement l’émotion et les sensations. Demain dès l’aube » porte un message d’espoir en l’avenir et en la jeunesse tunisienne que la révolution devait accomplir et qui a été comme subtilisée par des fantômes venus d’ailleurs. La scène loufoque qui se passe au mausolée d’un saint protecteur, résume à elle seule et donne à réfléchir sur la volonté de diabolisation des esprits, pour la nommer par son nom, par des gens apparemment sans scrupules. Le jeu des personnages, principalement incarnés par Anissa Daoud, également coproductrice du film, Doria Achour et Achraf Ben Youssef est d’un beau naturel. Souhaitons à « Ghodwa Hay » (Demain dès l’aube) une bonne sortie sur nos écrans.





B.L.

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireeChiraz et Nour
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto